Partir à l’étranger sans argent s’apparente à un voyage d’initiation. Il vous impose de regarder le monde avec d’autres yeux. Puisque vous n’avez pas d’argent, vous êtes tenus de faire preuve d’une humilité extrême. De même, vous devez renoncer à vous accrocher à des situations sur lesquelles vous n’avez pas d’emprise. Dès lors, la notion de lâcher-prise est à son paroxysme. Donner et recevoir en échange sont les maîtres-mots de ce parcours formateur. Si vous êtes sur le point de prendre cette direction, voici ce que vous devez savoir.

La consolidation du mental du voyageur

Au-delà de l’épreuve physique, vivre en nomade sans argent est une situation éprouvante sur le plan mental. En effet, très souvent vous serez amenés à dormir à la belle étoile. Il est vrai que parfois, vous pourrez profiter de l’hospitalité de certains humanistes. Mais ces derniers se font rares. Il faudra donc apprendre à ne compter que sur vos propres capacités d’endurance.

Pour vivre en faisant le tour du monde, il faudra accepter de marcher sur des longues distances, sur les bordures de routes, dans les villes, dans les campagnes…etc. Les jours de victuailles où vous aurez droit à une traversée en mer gratuite succèderont à des moments de disette. Armez-donc votre mental, de manière à profiter de chaque instant pleinement.

La gestion du temps et des déplacements

« Je veux voyager gratuitement ». Il est aisé de le dire. Mais en ce qui concerne les implications, il faudra éliminer toute notion de temps. Pour passer d’une région à une autre, il faudra par exemple attendre durant plusieurs jours, voire des mois.

Tel a d’ailleurs été le cas d’un voyageur qui désirait avoir un bateau afin de quitter l’île de Las Palmas dans laquelle il était arrivé depuis un mois. Il faudra donc apprendre la patience et vivre chaque attente comme un enseignement. S’agissant des déplacements, l’auto-stop est le moyen le plus usité.

A ce sujet, veillez toujours à commencer une journée d’auto-stop en matinée, lorsque vous êtes encore frais et dispo. Mettez également des vivres dans votre sac afin d’avoir de quoi vous sustenter si les choses prennent du temps. Marchez en attendant d’être transportés. Cela vous fera réduire l’attente. Enfin, si une personne vous parait louche, ne montez pas dans son automobile.

Les commodités particulières

Voyager sans argent impose d’être prêt à demander pour tout. Il vous arrivera donc d’avoir à demander pour de la nourriture. Curieusement, dans les pays Européens, le sens du partage n’est pas chose répandue. Dès lors, attendez-vous à essuyer de nombreux refus et acceptez-les. Mais persévérez. Il existera toujours un bon samaritain pour vous venir en aide.  Au besoin, demandez aux propriétaires de restaurants, les restes des préparations. Vous aurez alors des réserves sur plusieurs jours.

En Afrique et dans les pays de tradition latine, vous aurez plus facilement de quoi manger. Prenez également une tente. Vous en aurez besoin les jours où vous n‘aurez pas de logement.